2- La femme chrétienne

La vie de la femme chrétienne est suffisamment vaste que je l’ai séparé en sous-catégories.  Je veux également ajouter sur cette page l’intégralité des passages clés qui inspirent ce blog.

1- Notre rôle.
2- Notre conduite.
3- Notre attitude.

 » Qui est-ce qui trouvera une femme vertueuse ? Car son prix surpasse beaucoup celui des perles.  Le coeur de son mari s’assure en elle, et il ne manquera point de butin ;  Elle lui fera du bien tous les jours de sa vie, et jamais du mal.  Elle cherche de la laine et du lin, et elle fait de ses mains ce qu’elle veut ;  Elle est comme les navires d’un marchand, elle amène son pain de loin.  Elle se lève lorsqu’il est encore nuit, et elle distribue la nourriture à sa famille, et la tâche à ses servantes ;  Elle considère un champ, et l’acquiert, et du fruit de ses mains elle plante une vigne.  Elle ceint ses reins de force, et elle affermit ses bras ;  Elle éprouve que son trafic est bon ; sa lampe ne s’éteint point la nuit ;  Elle met ses mains à la quenouille, et ses doigts tiennent le fuseau.  Elle tend la main à l’affligé, et présente ses mains aux pauvres.  Elle ne craint point la neige pour sa famille ; car toute sa famille est vêtue de laine cramoisi.  Elle se fait des couvertures ; ses vêtements sont de fin lin et d’écarlate.  Son mari est considéré aux portes, lorsqu’il est assis avec les anciens du pays.  Elle fait du linge et le vend ; et des ceintures, qu’elle donne au marchand ;  La force et la magnificence forment son vêtement, et elle se rit du jour à venir ;  Elle ouvre la bouche avec sagesse, et des instructions aimables sont sur sa langue ;  Elle surveille ce qui se fait dans sa maison, et elle ne mange point le pain de paresse.  Ses enfants se lèvent, et la disent bienheureuse ; son mari aussi, et il la loue, et dit :  Plusieurs filles ont une conduite vertueuse ; mais toi, tu les surpasses toutes.  La grâce est trompeuse, et la beauté s’évanouit ; mais la femme qui craint l’Éternel est celle qui sera louée.  Donnez-lui le fruit de ses mains, et qu’aux portes ses oeuvres la louent. »  (Proverbes 31, 10-31)

« Que les femmes âgées aient de même l’extérieur qui convient à la sainteté ; qu’elles ne soient ni médisantes, ni sujettes aux excès du vin ; qu’elles enseignent le bien ;  Afin qu’elles apprennent aux jeunes à aimer leurs maris, à aimer leurs enfants ;  A être sages, chastes, à garder la maison ; à être bonnes, soumises à leurs maris ; afin que la parole de Dieu ne soit point calomniée. » (Tite 2, 3-5)