I heard the bells on Christmas day – Casting Crowns

Depuis un certain temps, j’avais envie d’écrire un article sur la paix.  Quelle belle occasion pour le faire qu’à l’approche de Noël.  En effet, alors que nos péchés nous avaient rendus ennemis de Dieu depuis la chute, Jésus s’est fait homme pour porter nos fautes et satisfaire ainsi la justice divine, nous réconciliant avec Dieu.   Voilà pourquoi sa naissance est une bonne nouvelle et que nous la célébrons encore aujourd’hui.  Pour accompagner mon article, j’ai choisi de traduire une chanson de Noël de Casting Crowns.

La majorité des gens désire vivre en paix, souhaite la paix dans le monde, se voit comme pacifique.  Paradoxalement, nous observons une croissance de l’égoïsme, de l’individualisme, d’un amour de soi qui dépasse largement l’amour des autres.  Cette dernière année, la probabilité de la guerre a fait les manchettes plus souvent que dans les années passées, le sort de l’humanité laissé entre les mains de dirigeants qui incarnent bien cette montée de l’égocentrisme.  Les tueries se sont multipliées ces dernières années.  On peut accuser la folie de certains, l’intégrisme religieux de ceux qui n’ont pas compris que le seul vrai Dieu est Amour, l’intégrisme athée de certains autres qui haïssent Dieu.  Ça c’est sans compter tous les actes de violence à plus petite échelle.  Il pourrait être facile de se dissocier de tout ça.  Après tout nous ne sommes ni des chefs d’État cherchant la guerre, ni des terroristes et nous nous voyons généralement sains d’esprit.  Cependant observons ce qu’en dit la Bible.

Vous avez entendu qu’il a été dit à nos ancêtres : “Tu ne commettras pas de meurtre, tout homme qui en tue un autre mérite de comparaître devant le juge.”  Eh bien, moi je vous déclare : tout homme qui se met en colère contre son frère mérite de comparaître devant le juge ; celui qui dit à son frère : “Imbécile !” mérite d’être jugé par le Conseil supérieur ; celui qui lui dit : “Idiot !” mérite d’être jeté dans le feu de l’enfer. (Matthieu 5, 21-22 version français courant)

Quiconque hait son frère est un meurtrier, et vous savez qu’aucun meurtrier n’a la vie éternelle demeurant en lui. (1 Jean 3, 15)

À la lumière de la Parole, nous avons tous enfreint le sixième commandement même si nos actes n’ont jamais fait les manchettes.  Nous avons tous agit, à un moment ou à un autre, de manière contraire à la paix.  De nos jours, nous observons une croissance du terrorisme psychologique : l’intimidation dans les écoles, le harcèlement psychologique, les vengeances d’humiliation sur Internet, les gens qui se cachent derrière l’anonymat de leur écran pour déverser leur haine et détruire des réputations, etc.   Mais il y a aussi toutes les chicanes, les tromperies, les vengeances, les ruptures, les non pardons, les commérages, les guerres personnelles ou familiales, le non-respect, le mépris, l’arrogance, etc.   Et les chrétiens pèchent souvent de la même façon. Nous justifions peut-être davantage nos actions, nous leur apposons une étiquette religieuse, nous tentons de préserver notre image de bon chrétien.  Il n’en demeure pas moins que nous observons au milieu de nous des querelles, des divisions, des calomnies, de l’amertume, de la rancune.

Que toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur, toute calomnie, et toute espèce de méchanceté, disparaissent du milieu de vous.  Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ. (Éphésiens 4, 31-32)

Comme Dieu nous a pardonné… ne serait-ce pas là la voie vers la paix?  Aurions-nous perdu de vue qui nous sommes réellement et ce que Dieu a fait pour nous?  Il est difficile, comme chrétiens, de méditer sur la croix et de continuer d’avoir de la haine dans le coeur.  Quand je médite sur la croix, je me rappelle le prix que Jésus a payé pour MES fautes, comment il m’a tout pardonné et je réalise à quel point je n’ai aucun droit de retenir de la rancune contre les autres.  J’ai offensé Dieu beaucoup plus souvent et de bien pire manière.

Alors Pierre s’approcha de lui, et dit : Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu’il péchera contre moi ? Sera-ce jusqu’à sept fois ?  Jésus lui dit : Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à septante fois sept fois. C’est pourquoi, le royaume des cieux est semblable à un roi qui voulut faire rendre compte à ses serviteurs. Quand il se mit à compter, on lui en amena un qui devait dix mille talents.  Comme il n’avait pas de quoi payer, son maître ordonna qu’il fût vendu, lui, sa femme, ses enfants, et tout ce qu’il avait, et que la dette fût acquittée.  Le serviteur, se jetant à terre, se prosterna devant lui, et dit : Seigneur, aie patience envers moi, et je te paierai tout. Ému de compassion, le maître de ce serviteur le laissa aller, et lui remit la dette.  Après qu’il fut sorti, ce serviteur rencontra un de ses compagnons qui lui devait cent deniers. Il le saisit et l’étranglait, en disant : Paie ce que tu me dois.  Son compagnon, se jetant à terre, le suppliait, disant : Aie patience envers moi, et je te paierai.  Mais l’autre ne voulut pas, et il alla le jeter en prison, jusqu’à ce qu’il eût payé ce qu’il devait.  Ses compagnons, ayant vu ce qui était arrivé, furent profondément attristés, et ils allèrent raconter à leur maître tout ce qui s’était passé. Alors le maître fit appeler ce serviteur, et lui dit : Méchant serviteur, je t’avais remis en entier ta dette, parce que tu m’en avais supplié ;  ne devais-tu pas aussi avoir pitié de ton compagnon, comme j’ai eu pitié de toi ?  Et son maître, irrité, le livra aux bourreaux, jusqu’à ce qu’il eût payé tout ce qu’il devait.  C’est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son coeur. (Matthieu 18, 21-35)

Mais Dieu va plus loin, non seulement il nous appelle à n’avoir aucune rancune, mais il nous demande d’aimer notre prochain comme nous-mêmes, de faire du bien à ceux qui nous font du mal.

Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains aussi n’agissent-ils pas de même ? Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? Les païens aussi n’agissent-ils pas de même ? Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait. (Matthieu 5, 46-48)

Dieu nous appelle donc à un amour parfait, à son image.  L’amour que je lis dans la Bible, ce n’est pas seulement un amour passif dans notre coeur, bien que ça commence dans nos pensées.  C’est un amour en action.

Si ton ennemi a faim, donne-lui du pain à manger ; S’il a soif, donne-lui de l’eau à boire.  (Proverbes 25, 21)

Bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous maltraitent.  Si quelqu’un te frappe sur une joue, présente-lui aussi l’autre. Si quelqu’un prend ton manteau, ne l’empêche pas de prendre encore ta tunique.   (Luc 6, 28-29)

Que l’amour soit sans hypocrisie.  Ayez le mal en horreur, attachez-vous au bien.  Par amour fraternel soyez pleins d’affection les uns pour les autres et rivalisez d’estime réciproque. / Bénissez ceux qui vous persécutent, bénissez et ne maudissez pas. / Ne te laisse pas vaincre par le mal, mais surmonte le mal par le bien. (Romains 12, 9-10, 14 et 21)

Injuriés, nous bénissons ; persécutés, nous supportons ; calomniés, nous parlons avec bonté. (1 Corinthiens 4, 12b-13a)

L’amour est patient, il est plein de bonté ; l’amour n’est pas envieux ; l’amour ne se vante pas, il ne s’enfle pas d’orgueil, il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche pas son intérêt, il ne s’irrite pas, il ne soupçonne pas le mal, il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité ;  il pardonne tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout. (1 Corinthiens 13, 4-7)

Avant tout, ayez un amour ardent les uns pour les autres, car l’amour couvrira une foule de péchés. (1 Pierre 4, 8)

Petits enfants, n’aimons pas en paroles et avec la langue, mais en actes et avec vérité. (1 Jean 3, 18)

L’amour selon Dieu défie notre logique humaine et nous ne pouvons y arriver qu’avec l’aide de sa grâce.  Si donc vous réalisez que vous avez de la difficulté à aimer de cette façon, repentez-vous et demander à Dieu de vous aider à aimer comme lui aime.  Le temps des fêtes est un bon moment pour pratiquer l’amour inconditionnel de Dieu.  Lorsque nous allons dans nos familles, ça peut raviver de vieilles animosités, de vieilles blessures, certaines familles incluent la chicane dans leurs traditions.  Il est aussi possible de rencontrer des gens que nous avons plus de difficulté à aimer, qui nous irritent ou que nous avons tendance à regarder de haut.  Prenons donc le temps d’aimer comme Jésus, de nous intéresser vraiment à l’autre, de lâcher prise sur ce qui nous divise, de souligner la valeur des gens.  Celui qui est venu nous annoncer la paix (Éphésiens 2, 17) nous appelle à la paix.

Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu! (Matthieu 5, 9)

La sagesse d’en haut est tout d’abord pure, ensuite porteuse de paix, douce, conciliante, pleine de compassion et de bons fruits, elle est sans parti pris et sans hypocrisie. Le fruit de la justice est semé dans la paix par ceux qui travaillent à la paix. (Jacques 3, 17-18)

Détourne-toi du mal et fais le bien, recherche la paix et poursuis-la. (Psaumes 34, 15)

Si quelqu’un, en effet, veut aimer la vie et voir des jours heureux, qu’il préserve sa langue du mal et ses lèvres des paroles trompeuses, qu’il se détourne du mal et fasse le bien, qu’il recherche la paix et la poursuive. (1 Pierre 3, 10-11)

Si cela est possible, dans la mesure où cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes. (Romains 12, 18)

Ainsi donc, recherchons ce qui contribue à entretenir la paix et à nous faire grandir mutuellement dans la foi. (Romains 14, 19)

En toute humilité et douceur, avec patience, supportez-vous les uns les autres dans l’amour.  Efforcez-vous de conserver l’unité de l’Esprit par le lien de la paix. (Éphésiens 4, 2-3)

C’est pourquoi, bien-aimés, dans cette attente, faites tous vos efforts pour qu’il vous trouve sans tache et irréprochables dans la paix. (2 Pierre 3, 14)

Recherchez la paix avec tous et la progression dans la sainteté : sans elle, personne ne verra le Seigneur. (Hébreux 12, 14)

Tout comme l’amour, la paix se traduit en action.  En anglais, certains versets sur la paix mettent l’accent sur l’action : être persévérant, poursuivre, chercher, suivre, maintenir la paix, faire tous nos efforts pour vivre en paix.  Soyons donc des artisans de paix!  Nous ne pouvons certes pas changer le monde à nous seul, mais chacun peut faire sa part vers la paix.  Commençons donc par marcher dans l’humilité, nous réconciliant les uns avec les autres, aimant notre prochain comme nous-mêmes.  Et lorsque nous avons de la difficulté à y arriver, fixons nos yeux sur Jésus, notre exemple parfait d’amour et de paix.

J’ai entendu les cloches le jour de Noël (Casting Crowns)

J’ai entendu les cloches le jour de Noël
Leurs vieux chants de Noël qui jouent
Doux et agréable, leurs mélodies répètent
De la paix sur la terre aux hommes de bonne volonté

Et les cloches sonnent (paix sur la terre)
Comme un choeur ils chantent (paix sur la terre)
Dans mon coeur je les entends (paix sur la terre)
De la paix sur la terre aux hommes de bonne volonté

Désespéré, j’ai courbé ma tête
Il n’y a pas de paix sur la terre, je disais
Car la haine est forte et se moque de la chanson
De la paix sur la terre aux hommes de bonne volonté

Mais les cloches sonnent (paix sur la terre)
Comme un choeur ils chantent (paix sur la terre)
Est-ce que quelqu’un les entend? (paix sur la terre)
De la paix sur la terre aux hommes de bonne volonté

Alors les cloches ont sonné plus fortes et intenses
Dieu n’est pas mort, il ne dort pas non plus (paix sur la terre, paix sur la terre)
Le mal disparaîtra, le bien triomphera
Avec la paix sur la terre aux hommes de bonne volonté

Puis chantant sur son chemin
Le monde a tourné de la nuit au jour
Une voix, un carillon, un chant sublime
De la paix sur la terre aux hommes de bonne volonté

Et les cloches sonnent (paix sur la terre)
Comme un choeur ils chantent (paix sur la terre)
Et avec nos coeurs, nous allons les entendre (paix sur la terre)
De la paix sur la terre aux hommes de bonne volonté

Entendez-vous les cloches, elles sonnent (paix sur terre)
La vie que chantent les anges (paix sur terre)
Ouvrez vos coeurs et écoutez-les (paix sur terre)
Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté

Paix sur terre.  Paix sur terre.
Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté

Que le Dieu de la paix soit avec vous tous ! Amen ! (Romains 15, 33)

4 réflexions sur “I heard the bells on Christmas day – Casting Crowns

  1. Nous vivons dans des temps très facheux, des temps difficiles, comme le dit Paul à Timothée ; » les hommes seront égoïstes amis de l’argent vantards orgueilleux blasphémateurs rebelles à leurs parents ingrats impies insensibles implacables calomniateurs violents cruels ennemis du bien traîtres … » et ces mêmes hommes sont pourtant tous en quête du bonheur et de la paix.
    Même parmi ceux qui ont le Saint-Esprit il n’est pas possible que le Dieu Vivant, manifesté dans la chair, soit manifesté à 100 % : A un certain moment on va manifester l’Esprit de Christ, et puis, plus tard, on va manifester l’esprit de l’anti-christ. Je ne crois pas que l’homme chrétien puisse s’en sortir tant qu’il est dans cette « tente ». Malgré tout l’amour qu’il a pour le Christ, et sa « bonne volonté », il est tellement imprégné du mal depuis des milliers de générations qu’il lui est impossible de manifester Christ dans sa chair, ce qu’il est pourtant appelé à faire. Il faut reconnaître qu’en cette fin des temps, tout le monde est tellement bombardés de toxiques de tous côtés (péchés générationnels, hérédités, pollutions environnementales, alimentaires, etc…) qui empoisonnent l’âme et le corps, que notre esprit renouvelé a bien du mal.

  2. Chère Aline, je crois néanmoins que Dieu nous appelle à être parfait comme notre Père céleste est parfait et je crois la Parole qui nous dit que nous pouvons tout par Celui qui nous fortifie. Je crois donc qu’il est possible pour les chrétiens de s’extirper de cette boue ambiante par la grâce de Christ. Nous n’arriverons jamais à la perfection ici-bas, mais nous sommes appelés à aller de gloire en gloire, de vertu en vertu. « Soumettez-vous donc à Dieu; résistez au diable, et il fuira loin de vous. Approchez-vous de Dieu, et il s’approchera de vous. Nettoyez vos mains, pécheurs; purifiez vos coeurs, hommes irrésolus. » (Jacques 4, 7-8) « Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable. Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. » (Romains 12, 1-2) Comme c’est très bien illustré dans « Le voyage du pèlerin », la marche chrétienne est ardue, un combat, mais elle est possible. Comme le disent les versets cités plus haut, il nous faut d’abord reconnaître notre misère, s’en repentir, s’en remettre à Dieu, être intentionnel dans notre sanctification, en accepter les sacrifices, renouveler notre intelligence dans la Parole et la laisser nous transformer. C’est certainement un combat de tous les instants, mais je crois que ce n’est qu’en acceptant de marcher dans ce chemin étroit que nous verrons Dieu. La Bible est clair à ce propos. « Recherchez la paix avec tous et la progression dans la sainteté : sans elle, personne ne verra le Seigneur. » (Hébreux 12, 14) Comme tu dis, nous n’y arriverons jamais à 100%, mais il doit y avoir une progression observable dans nos vies. Je ne crois pas que ce soit impossible de « manifester Christ dans sa chair » (pour reprendre tes mots). Ce ne sera certes pas parfait, mais nous devons aspirer à ce que Christ transparaisse de plus en plus dans nos vies. Personnellement, je ne crois pas à l’emprise des péchés générationnels. Certes notre bagage et notre milieu de vie influence notre marche, mais lorsque nous naissons de nouveau nous sommes appelés à nous dépouiller de ces influences néfastes et à revêtir Christ. Personnellement, j’ai hérité d’un lourd bagage et je reconnais bien être entourées de ces toxiques dont tu parles. Pendant longtemps, j’ai vécu un certain fatalisme par rapport à tout ça, mais Dieu m’a appelé à m’en débarrasser, à prendre la responsabilité de ma propre vie, à me repentir et à le supplier de m’accorder sa grâce de faire ce que je n’arrive pas à faire par moi-même. Et il a toujours été fidèle. C’est toujours à recommencer, ce n’est pas parfait, mais je sais maintenant que si je n’arrive pas à faire ce que la Parole me dit de faire, je dois me tourner vers Dieu, lui demander de purifier mon coeur et attendre de lui la grâce d’y arriver. Dieu nous appelle à un haut standard, mais il pourvoie lui-même le moyen de l’atteindre. « Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères. Et ceux qu’il a prédestinés, il les a aussi appelés; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi justifiés; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés. » (Romains 8, 29-30) Joyeux Noël très chère Aline! Merci d’être une fidèle lectrice. J’apprécie les échanges que nous avons! Que Dieu te bénisse en cette nouvelle année qui arrive!

  3. Bonjour chère Mélanie,
    Merci pour ta réponse avec laquelle je suis d’accord. Tout d’abord, j’espère que vous avez tous passés un joyeux noël.

    Je désirerais juste apporter une petite précision quand je parlais de liens générationnels. Dans ma pensée, les péchés qui se manifestent dans la chair dans telle famille se manifesteront aussi dans les générations qui suivent. Cette manifestation dans la chair de l’esprit anti-Christ sera coupée si une personne naît de nouveau dans cette famille, ainsi que pour les descendants s’ils naissent aussi de l’Esprit et peuvent être renouvelés dans leur mentalité. Je prends par exemple la manifestation dans la chair d’un esprit de critique, si le Saint-Esprit ne peut pas convaincre de péché, la manifestation de cet esprit de critique continuera dans la chair des descendants.

  4. Merci chère Aline! Nous avons passé un très joyeux Noël, simple, entourés de famille et d’amis, profitant des jours de repos bien mérités après une année très chargée. J’espère également que vous avez passé un bon Noël.

    Je comprends votre précision. Je suis d’accord que la façon dont nous avons été élevé et les péchés de nos parents peuvent affecter la façon dont nous vivons notre vie et ce que nous sommes susceptibles de reproduire, mais qu’évidemment Dieu peut nous amener à vaincre tout ça. Souvent quand les gens parlent de péchés générationnels, ça fait souvent référence à une sorte de malédiction à briser, et c’est là que je m’objecte. J’ai longtemps cru ça, tergiversé dans cette croyance, mais maintenant, je n’y crois plus. Bref, je n’y vois pas de fatalisme ou de mauvais sort à briser. Cependant, il est vrai que nous héritons de certains défauts de nos parents et que nous pouvons reproduire certains mauvais patterns familiaux, tout comme l’inverse est aussi vrai, nous héritons également de forces et de qualités. Quelque part, ça fait partie de notre unicité, nous ne partons pas avec le même bagage. Cependant, je crois que Dieu a choisi souverainement ce bagage pour nous et qu’il nous donne la capacité de le transcender, la grâce de le dépasser. Chaque humain a son lot d’épreuves et de difficultés, peu importe comment nous avons débuté dans la vie. Quand je suis tentée d’être abattue par la partie d’épreuves que Dieu me réserve, j’aime me consoler en me disant qu’il y en a bien d’autres que je n’ai pas. Peut-être quelqu’un a-t-il eu une famille extraordinaire, un bagage parfait, mais traversera un cancer à 30 ans ou enterrera un enfant ou accompagnera un conjoint ou un enfant dans une longue maladie. J’ai plutôt développé la bonne habitude d’apprendre à compter mes bienfaits et de faire confiance que Dieu sait ce qu’il fait. Il demeure que cette vie est un combat, peu importe les temps dans lesquels nous nous trouvons, et que la récompense est à venir pour ceux qui auront combattus jusqu’au bout, qui auront acceptés de marcher dans le chemin étroit et rocailleux. Bon courage chère soeur en Christ! Bonne année 2018!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s